Au Québec, 2 % de la population est touchée

2 percentLe trouble affectif bipolaire, aussi appelé maniaco-dépression, est généralement diagnostiqué à l'âge adulte et touche en moyenne deux personnes sur cent.

Il s’agit d’un dérèglement de l'humeur caractérisé par des phases maniaques (high) et dépressives (down) qui peuvent perdurer plusieurs jours, voire des semaines ou des mois.

 Peu importe la phase (high - down), on peut remarquer que la personne ne fonctionne plus normalement.

 

 

 

Symptômes maniaques

  • Humeur exagérément gaie (euphorique*)
  • Irritabilité extrême
  • Sentiment d'avoir toujours raison
  • Sautes d'humeur excessives, rapides et inattendues
  • Accélération du débit de parole et des idées
  • Peu de concentration
  • Engagement excessif dans des activités agréables
  • Hypersexualité
  • Surestime de soi,
  • Prend peu de repos, de pause au travail ou de sommeil et n'en ressent pas le besoin
  • Recherche accrue de compagnie
  • Rires, plaisanteries, paroles excessives et hors propos
  • Impatience physique, hyperactivité

Symptômes dépressifs

  • Humeur dépressive, triste et vide
  • Diminution marquée de l'intérêt et du plaisir
  • Perte ou gain de poids marqué
  • Insomnie ou hypersomnie
  • Agitation ou apathie
  • Fatigue et perte d'énergie
  • Dévalorisation de soi
  • Culpabilité excessive, non justifiée
  • Difficulté à penser, à se concentrer
  • Difficulté à prendre une décision
  • Pensées suicidaires

La cause

Les recherches scientifiques énoncent majoritairement des causes biologiques au trouble affectif bipolaire:

  • Certains chromosomes seraient mis en cause;
  • Une variation hormonale;
  • Un affaiblissement du système immunitaire.

L'hérédité a aussi une influence sur l'apparition de la maladie. Le risque s'accroît dans les familles où il est déjà présent.

Chez les personnes ayant des prédispositions à développer la maladie, certaines situations stressantes peuvent agir comme facteurs déclencheurs.

Les traitements

Les symptômes du trouble affectif bipolaire peuvent être bien contrôlés par une pharmacothérapie. Les régulateurs de l'humeur (thymorégulateurs) sont habituellement efficaces. Ce genre de thérapie peut exiger des contrôles sanguins réguliers afin de bien doser la médication.

Lorsque les symptômes sont contrôlés, la personne atteinte est généralement en mesure de retrouver son fonctionnement antérieur sur le plan familial, professionnel et social. Par ailleurs, elle doit apprendre à vivre avec la maladie et développer des habiletés qui lui permettront de prévenir les rechutes.

Une psychothérapie peut s'avérer bénéfique pour certains.

Comment accompagner votre proche

Vous ne savez quoi dire, quoi faire ? Vous ne savez plus comment vous y prendre ?

Prenez contact avec une de nos intervenantes.